Discrète Aeschne paisible

Par Bertrand Piney

C’est le moment d’observer Boyeria irene, une espèce discrète d’odonate, sur les parties ombragées des cours d’eau. En ce moment bien visible sur la Maine (et sûrement la Sèvre) en particulier à l’ombre des chutes d’eau des chaussées. Elle passe aussi pour se poser sur le crépis clair des habitations en fin de journée.

Son vol erratique dans les zones sombres à fort contraste de la rivière la rend particulièrement retors à photographier en vol.

Les anglais et les allemands la nomment « spectre »… sûrement en référence au côté discret de la bête, de couleur pâle, en tenue de camouflage, volant dans la pénombre…

Comme le montre un récent papier de Patrice Notteghem (Bourgogne-Franche-Comté Nature 2019) notre appellation d’Aeschne paisible (adapté en italien en Aeshna pacifica) qui provient d’une interprétation d’« irene » par P. A. Robert en 1958 est probablement peu pertinente….

Son découvreur Etienne Boyer de Fonscolombe lui a simplement attribué en 1838 le prénom de son unique enfant Irène (Aeshna irene) !!

Renommée plus tard Fonscolombia irene en 1883 un nouveau genre attribué par Sélys sur la base de la spécificité de la nervation (et en hommage au découvreur) puis Boyeria irene en 1896 par Mac Lachlan (le genre Fonscolombia étant déjà utilisé pour une cochenille…).

Bref une espèce qui porte au final le nom du père et le prénom de sa fille !

Bord de Maine à Remouillé, juillet 2020. Photo © Willy Maillard

Bord de Maine à Saint-Lumine-de-Clisson, août 2020. Photo © Bertrand Piney

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s